Une envie d’écrire #1 – J’ai 25 ans

J’ai 25 ans, ça y est,
J’sais pas trop quoi en dire,
Les cadeaux m’font sourire,
Les années qui filent, moins.

Scène en 2013

J’ai pas envie d’me plaindre,
Mais j’ai un petit vide là,
Le vide que la petite « moi »,
Innocente, dix ans en arrière,
Voyait rempli.

Tu t’imaginais comment toi,
Quand tu comptais encore les années sur tes doigts,
A 25 ans je serai chanteuse !
Cette petite est rêveuse…

Alors j’me suis dit, les rêves c’est pas la vie,
J’ai grandi,
J’ai étudié, du commerce, des magouilles,
Ou comment vendre l’invendable pour qu’il soit rentable.
Comment créer des besoins inutiles,
Comment rendre les gens invisibles les uns aux autres,
Cachés sous les produits.

Photo CV

Puis on m’a proposé un boulot bien payé,
Avec un bel ordinateur,
Dernier cri, grand écran, belle souris,
Un bureau avec une fenêtre,
Vue sur l’eurodateur,
Pour nous rappeler qu’on est payé,
Mais qu’on doit payer aussi,
Et qu’on a pas fini.

Tombent les factures,
Tombent les espoirs,
Tombe l’excitation de l’inconnu.
Reste la routine,
Restent les amis, heureusement,
Reste la famille,
Restent les séries,
Reste la routine.

C’est marrant, comme ritournelle,
Et tu peux vite y laisser tes ailes,
Mais c’était pas mon genre,
J’ai préféré renouer avec l’impossible.
Avec l’enfance et ses rêves,
Avec mon intuition et mes envies,
Avec force et conviction.

J’ai percé la bulle confortable que je m’étais créée,
Et comme un nouveau né,
J’ai pris ma deuxième vie en main.

Je me suis lancée dans la fausse,
J’ai rencontré des gens passionnés,
Tout autant que je l’étais,
Motivés, tout autant que je continuerai de l’être.
J’en ai rencontré d’autres, perdus,
Cherchant un chemin qui n’était pas le leur,
Se créant une passion,
Pensant être la leur.

 

Bon Dieu,
Pourquoi chacun ne suit-il pas sa destiné?
Pourquoi chacun n’écoute-il pas la petite voix de son coeur?
On cherche le bonheur,
Il est là.
On a juste à écouter et à fournir les efforts qui nous y mèneront.
Si chacun en prenait conscience, chacun aurait SA place.
Chacun serait heureux.

Mais on nous pousse à chercher ailleurs le bonheur,
Le bonheur c’est un travail bien payé,
Le bonheur c’est un travail déjà.
Un travail normal.
Pas peintre, musicien, comédien,
Ce ne sont que des passions.

Mon gars, ton travail peut être ta passion si réelle passion il y a.
Les gens sont cons à nous dévier de notre chemin.
On perd du temps, on perd de l’énergie.
Tu connais au fond de toi la route à suivre,
Ecoute toi toi, et seulement toi.

C’est en suivant ce raisonnement que je me suis dit,
J’ai 25 ans, il est maintenant ou jamais temps,
De monter sur Paris.

Alors voilà capitale,
Je finis cette année sur Lyon,
Et en septembre prochain,
Tu m’auras sur ton sol.

J’en tremble à chaque pensée,
Mon coeur s’emballe,
Ma raison me dit non,
Elle essaie de me convaincre de rester,
Mon instinct me dit oui,
Sa voix est faible mais résonne encore et encore.

La peur, nous la créons,
Tout comme notre avenir.

J’ai 25 ans, et à part ça, je le vis bien.

 

Partager :

Répondre